Tourisme et patrimoine

Le « Sentier du Patrimoine » sur la Commune de Luri

Chjassu di a Memoria, Chemin de mémoire : « Le Chemin de l’antiquité »

  • Circuit en boucle, au départ du hameau de U Fenu : le plus élevé de la Commune (embranchement, à gauche, sur la D180, en direction du col de Santa-Lucia)
  • Sentier ombragé, d’accès facile, praticable en toutes saisons, traversant une végétation dense et variée
  • Temps de parcours : entre 2h30 et 3 heures
  • Distance : 4, 3 km
  • Altitude maximale : 455 m
  • Altitude minimale : 170 m
  • Centres d’intérêt : histoire, mémoire, patrimoine, architecture, paysage, flore

Parking :
En raison de la situation géographique des hameaux de U Liccetu et de U Fenu (en bout de route communale), pour éviter un fort risque d’embouteillage et des nuisances aux riverains, il est fortement recommandé aux visiteurs de garer leur véhicule, bien avant d’emprunter l’embranchement qui conduit aux deux hameaux mentionnés.

Possibilités :

  • le parking de « La mine », sous le hameau de U Castellu (à environ 1 km de A Piazza, centre de Luri) : rejoindre ensuite le hameau, à pied, par la route (5 mn.) et emprunter le sentier en direction de U Liccetu (15 mn.) ;
  • l’esplanade, sous la tour dite de Sénèque, offre une plus large possibilité : située sur le « Sentier du Patrimoine », elle permet aux visiteurs, soit de rejoindre le départ, en descendant vers U Fenu (20 mn.), soit de poursuivre le circuit en boucle et ainsi de revenir sur l’esplanade.

Ce « Sentier du Patrimoine » a été inauguré le 21 septembre 2014, en partenariat avec la Commune de Luri et l’Office de l’Environnement de la Corse (OEC).
> Lire l’article de Corse-Matin du lundi 22 septembre 2014.

Mis en œuvre par l’OEC, dans le cadre de la politique de valorisation patrimoniale des territoires, cet itinéraire de découverte pédestre accessible à tous, ce Chemin de mémoire ou Chjassu di a Memoria, dénommé « Chemin de l’antiquité », au départ du hameau de U Fenu, relie plusieurs villages ou lieux-dits de la Commune (couvent St-Nicolas, sous la tour dite de Sénèque, I Fundali, A Piana, fontaine di U Sorbu, U Liccetu).
La Commune de Luri, maître d’ouvrage avec l’OEC, aidée par des experts de la valorisation du patrimoine (dont Erba Barona Paysage, maître d’œuvre), et également par l’association L’Amichi di u Rughjone, à Luri, a souhaité restaurer et mettre en valeur les ouvrages patrimoniaux présents tout au long de ce sentier, liés essentiellement à l’eau (fontaines, lavoirs, bassins et abords), et à la pierre sèche, pour en faire la vitrine du développement durable voulu pour ce territoire, respectueux de l’environnement et de son identité.
La signalétique, dénominateur commun à tous les « Sentiers du Patrimoine » (rouille sur fond orange), se décline en 6 panneaux (avec borne interactive) consacrés chacun à un thème, parmi lesquels « Un paysage façonné par la main de l’homme », « Entre deux mers », « I Fundali, les tours seigneuriales », « Navigateurs et voyageurs », « Jardins, lavoirs et somptueuses demeures ».

Sur le panneau qui marque le début de l’itinéraire, on peut lire :

« Lieu de promenade et de découverte patrimoniale, ce sentier possédait autrefois une fonction très différente. Elément fort de l’organisation de l’espace et de l’habitat rural, jusqu’aux années cinquante, il permettait les relations et les échanges à l’échelle d’une communauté et d’une microrégion. Ainsi, il desservait d’innombrables jardins. Il emprunte également, en partie, l’itinéraire qui mène au col de Sainte-Lucie. Murs de pierre sèche, emmanchements, dallages (ricciate), rigoles et autres aménagements, demeurent de fragiles témoignages de l’importance accordée jadis à ces voies de communication entre les hommes et leurs terroirs. A travers cette excursion, les visiteurs sont invités à un voyage dans le passé de Luri et de ses habitants. » (Source : OEC)

Entre autres intérêts remarquables, le panneau « Navigateurs et voyageurs » qui domine magnifiquement la vallée de Luri, fait mention du célèbre écrivain polonais Joseph Conrad (1857-1924), qui, en 1876, fit la connaissance, à Marseille, d’un marin originaire de Luri, Dominique-André Cervoni (1834-1890), qui l’initia à l’art de la mer, au cours de deux voyages aux Antilles, alors qu’il n’avait que 17 ans. Conrad immortalisera, plus tard, son mentor et son ami, faisant revivre dans nombre de ses romans, particulièrement dans Nostromo, celui qui lui servit de modèle.

À voir sur le parcours même, ou à proximité :

  • canaux d’irrigation des terrasses autrefois cultivées, murs en pierre sèche, lavoirs, (hameaux de U Fenu et de U Liccetu) ;
  • la tour dite de Sénèque, édifiée au XVe siècle, probablement sur les ruines d’une autre construction, sur un piton rocheux dominant la vallée de Luri, offrant un panorama remarquable, à l’est, sur la Mer tyrrhénienne et l’île d’Elbe, et, à l’ouest, sur la Méditerranée. Le philosophe latin (4-65 ap. J.-C.), en exil, aurait séjourné sur ce site dans une fortification antérieure. (15 mn. de marche en montée assez raide);
  • l’ancien couvent de Capucins Saint-Nicolas (XVIe s.), actif jusqu’à la veille de la première Guerre mondiale (non ouvert au public (fort délabrement) mais visible de l’extérieur, particulièrement depuis la tour dite de Sénèque). Il a connu de nombreuses affectations dont celles de préventorium, puis de maison d’enfants, en activité jusqu’en 1980 ;
  • les ruines de l’ancienne chapelle Saint-Joseph ;
  • la tour carrée d’I Fundali (XIVe-XVe s.) ;
  • la tour carrée au hameau de A Piana (3 mn., à partir du panneau indicateur)
  • aire de battage (hameau de U Fenu) (15 mn., en tournant à gauche, sur le sentier du Pinzu a Vergine, à la hauteur de la chapelle Sainte-Agathe, en remontant du hameau de U Liccetu).

Texte et photos : Nicole STRENNA

 

En savoir plus sur les Sentiers du Patrimoine et l’Europe

L’Europe tient une part importante dans le développement de ces sentiers, en finançant au titre du Fonds européen agricole pour le développement rural (FEADER), avec la Collectivité Territoriale de Corse (CTC) et l’Etat, les travaux de restauration, la signalétique et la maîtrise d’œuvre, en permettant l’échange avec les partenaires européens de pratiques en matière d’inventaire, de formation, d’animation, de communication, et en facilitant l’accessibilité au patrimoine matériel et immatériel.

Cliquez ici